À Propos De Jazz Au Chellah

Depuis sa création en 1996, le festival de Jazz au Chellah s’impose comme un événement incontournable de la scène culturelle de la capitale marocaine. Si ce festival doit sa réussite à ce qui se passe sur la scène, il la doit aussi à ce qui se déroule en coulisses, avec l’aide précieuse et le soutien attentif et constant de tous les partenaires : le ministère de la Culture et de la Communication, la Wilaya de Rabat-Salé-Kénitra, et les Ambassades et instituts culturels des Etats membres de l’Union européenne qui accompagnent la Délégation de l'Union européenne dans la mise en place de ce festival.

Avec plus de 250 concerts programmés depuis sa création à Rabat, peu d’événements ont jeté avec une détermination aussi constante, un regard exhaustif et sans cesse réactualisé sur la vitalité du jazz des pays de l’Union européenne. Mais le principal mérite du Jazz au Chellah réside principalement dans sa volonté d’inscrire sa démarche non dans une quelconque consommation culturelle mais dans des rencontres où chaque musicien apporte sa richesse individuelle tout en étant porteur de sa propre tradition musicale.

C'est pourquoi le festival Jazz au Chellah met au cœur de sa programmation la rencontre et le partage entre musiciens de jazz européen et musiciens marocains autour du thème Jazz européen – Musiques Marocaines. Ces moments de fusion magique et ces bouquets musicaux où se mélangent les mélodies des deux rives de la méditerranée ont fait de ce festival l'une des illustrations les plus abouties du dialogue entre l’Europe et le Maroc. Né dans une salle du musée des Oudayas, puis organisé sur l’esplanade du même site avant de s'installer depuis 2005 derrière les murs de la forteresse magique dont il a pris le nom, le festival Jazz au Chellah a su démontrer que la musique n'a pas de frontières.

Le jazz en est l'image puisqu’il est synonyme de liberté. C’est cette liberté qui a accompagné le festival de jazz européen tout au long de son évolution à la rencontre des musiques du Maroc et devant un public de plus en plus nombreux et varié. De par sa particularité à associer le jazz dans sa définition la plus large et grâce aussi à la rare capacité d'ouverture des musiques marocaines, le festival a vu son public évoluer du petit groupe de quelques centaines d'aficionado de jazz à ses débuts vers un public qui a atteint aujourd'hui plus de 6000 personnes, et de plus en plus jeune.

Généreux, le festival Jazz au Chellah a pris l'habitude de partir à la rencontre d’un autre public, en invitant les musiciens à participer à des rencontres musicales improvisées et spontanées. La programmation “hors murs” du festival a également vu une évolution importante au cours des années. Des concerts sont offerts à des auditoires qui ne peuvent se déplacer, par exemple dans une école de cirque pour enfants défavorisés, dans une prison et dans un hôpital psychiatrique. D’autre part, des fanfares animent la ville, et depuis quelques années, le festival s’est élargi à d'autres styles artistiques comme le cinéma et, plus récemment, la danse. Finalement, la pérennité et la richesse de ce festival peuvent se résumer un seul mot : Fusion. Fusion des musiques, fusion des esprits et fusion des cœurs autour de mélodies savamment orchestrées par les musiciens européens et marocains. L'Union européenne, cette entité créée sur les cendres de plusieurs siècles de guerres entre peuples, a, depuis sa création, bâti sa force sur la pluralité de ces peuples, jusqu'à en faire une devise : “unie dans la diversité”. Ce rapprochement des différences en a fait une structure unique, unie et porteuse de valeurs qui se veulent universelles et que l'on souhaiterait partagées. Au Maroc, nous avons depuis 1996 souhaité porter la diversité en musique en offrant à des artistes de jazz du vieux continent et de talentueux musiciens du Maroc une tribune pour cultiver cette richesse.

Édito du festival

Cette 23° édition du Jazz au Chellah est pour moi la première à laquelle j’aurai le plaisir de participer depuis mon arrivée au Maroc. Tout a été dit ou presque sur cet évènement incontournable de la scène rbati qui est attendu chaque année par un public fidèle mais auquel vient s'ajouter aussi un public de plus en plus jeune et diversifié.

Comme chaque année, la promotion du dialogue et des échanges entre nos sociétés est l'axe central de notre programmation. Cette édition sera marquée par l’empreinte du voyage, du métissage et de la mobilité. Il n’y a pas de meilleure fusion et de plus grande liberté que celle emmenées par la musique car elle n'a pas de limites.

Ainsi le Jazz au Chellah 2018 se joue des frontières et élargit son territoire en accueillant auprès des artistes européens et marocains, pour la première fois, un groupe provenant de l'Afrique sub-saharienne, affirmant ainsi son universalité et répondant à un public avide de nouveaux sons et de nouvelles émotions. Certains groupes eux-mêmes vivent le métissage culturel, tel un projet musical maroco-nordique qui est né dans le berceau interculturel du Festival Jazz au Chellah.

Au cœur de la programmation de cette année se retrouveront deux ambitions : l’ouverture sur d’autres publics et l’ouverture sur d’autres champs artistiques. Ainsi, des master classes de swing dance seront organisées, et les artistes iront à la rencontre de public hors Chellah pour faire vivre leurs musiques dans des lieux qui ne leur sont pas naturellement dédiés, tels que l'Hôpital Arrazi de Salé ou l'Association marocaine d'aide et de soutien aux personnes trisomiques. A ces spectacles extra muros, viendra s'ajouter une déambulation musicale maroco-européenne dans Rabat pour un partage et un rapprochement généreux avec le grand public. Finalement, pour ceux qui souhaitent en savoir davantage, les musiciens du festival offriront des master classes où ils partageront les secrets de l'improvisation et de l'accompagnement en jazz.

La musique est un voyage, et nous vous invitons à nous accompagner nombreux dans ce périple servi par d'authentiques artistes qui vont repousser pour vous les frontières de la création

Je vous souhaite un très bon Festival !

Le Programme Du Festival 2018

Mercredi

Flavio Boltro est sans aucun doute l’un des plus grands représentants de la trompette jazz en Europe. Michel Petrucciani l’avait très bien compris en l’appelant pour faire partie de l’un de ses meilleurs groupes. Flavio est un créatif au vrai sens du terme : il sait créer sa propre musique. Loin de se contenter de jouer un morceau, il lui donne vie ! Pour Flavio, reproduire en live une musique déjà existante ne suffit pas, il faut la transfigurer. C’est comme s’il peignait chaque note avec sa vision personnelle du monde.
Radio Zastava est l’unique orchestre européen à tendance balkanique. Originaire de Gorizia et actif depuis 2005, ce groupe puise son inspiration de l'Italie, des îles du Frioul, de la Slovénie, de l’Autriche ou encore de la Bosnie Serbe et ce, tout en fusionnant les rythmes de l’Europe de l’est avec un vaste éventail musical allant du rock au punk, du swing au free-jazz, du reggae à l’électro.
Le groupe Oulad Benaguida est une formation de 3 frères originaires de la tribu de Oulad Zayd qui a vu le jour en 1973. Quelques années plus tard, en 1977, le groupe fusionne avec Fatna Bent Lhoucine et devient alors l’une des formations les plus connues de la Aita marocaine. Cette aventure dure 23 ans et s’arrête donc en 2000. En 2005, une nouvelle aventure naît avec Hafida Hasnaouiya.

Jeudi

Ali Khattab trouva sa première guitare chez lui au Caire alors qu’il a seulement onze ans. Depuis ce temps, il commença à jouer de la guitare flamenco dans un « style oriental ». La conversation entre ces deux styles a été à la base de son succès à ce jour, qui comprend deux albums très appréciés: « Al-Zarqa » sorti 2010 et « Sin País » sorti en 2014. Son groupe s’est étendu pour inclure une variété d’instruments tels que le violon, le nay, l’accordéon, les percussions, le violoncelle et la contrebasse, ainsi que les chants flamenco et soufi.
Né dans une famille où son père, trompettiste classique, jouait des morceaux de jazz, Igor est devenu un trompettiste et compositeur de jazz prolifique.
Née en 1953 à la zaouia d'Aït Ishaq dans la province de Khénifra, Hadda Ouâkki est une figure emblématique de la chanson amazighe du Moyen-Atlas.

Vendredi

Magic Spirit Quarte est un groupe constitué de quatre grands musiciens connus et respectés dans leurs pays pour leurs différentes consécrations en matière de jazz et musique du monde. La naissance de ce quartet est le fruit de plusieurs rencontres musicales effectuées par ces musiciens au Maroc, au Danemark et en Suède. La musique de ce projet est un mélange entre musique Gnaoua et musique africaine en général, et jazz nordique et musique improvisée. Après une tournée en Norvège, en Suède et au Danemark cet été, le groupe a décidé d’entrer au studio à Copenhague pour enregistrer son premier album qui sortira en 2019. Ainsi, le public de jazz au Chellah aura le privilège d’assister au premier live de ce groupe !!!!!
Originaire de Thessalonique en Grèce, le groupe Pantelis Stoikos Quartet joue un jazz avec une fusion et des influences de musiques traditionnelles inspirées de divers folklores : grecques, bulgares, turques et balkaniques.

Samedi

AghaRTA Gang est une formation qui regroupe des jazzistes renommés de la ville de Prague en République Tchèque, qui jouent dans le Club jazz Agharta de la même ville !
Steeve Laffont est une étoile montante de la guitare manouche. Sa collaboration avec le violoniste virtuose Costel Nitescu ne fait que pimenter son plat musical.

Dimanche

Cheick Amadou Tidiane Seck, né en 1953 à Ségou est un musicien malien qui compose et joue depuis les années 1970. Son projet musical qui mêle influences africaines et mandingues en particulier à un groove parfois sur-vitaminé, comme dans Mogokuma, Woro Cola, ou To Banimato, parfois lancinant dans Watjoro ou confinant au reggae comme sur Sanyio.
Jan Wouter joue de l'oriental blues et du maghreb jazz comme lui les appelle. Un guitariste hollandais extraordinairement doué et de formation classique, a rassemblé un ensemble intéressant de musiciens nord-africains pour créer un groupe capable de naviguer entre les courants croisés du jazz dirigé par la guitare et de la musique marocaine.
Barry est un des rares chanteurs marocains qui maîtrisent et mélangent plusieurs styles de musique mais pas que ça, Barry écrit et compose ses propres chansons. Barry, de son vrai nom Mohammed Bahri, est né le 1er avril 1980 à casablanca et plus précisément à Hay Mohammadi. Elevé au milieu des mythiques : Batma, Boujemâa, Miftah... Barry a été bercé dès son jeune âge dans la fièvre musicale. Ce savant style de darija à l'ancienne, qui était en voie de disparition et qui a revu le jour grâce à Barry, avec des rythmes de fusion actuels, a envoûté les esprits du nostalgique au futuriste. Barry est aussi très à l'écoute de la nouvelle vague qui comme lui, est engagée pour faire bouger le Maroc. A travers les différents thèmes qu'il aborde, Barry est très actif dans la lutte sociale, il est à lui seul un cocktail dont le Maroc a bien besoin.

Programme Hors Chellah

Jeudi

  • 18:00-19:30 DEAMBULATION RADIO ZASTAVA&OULED BEN AGUIDA
  • 18:00-19:30 ATELIER SWING DANCE
  • 20:00-22:30 PROJECTION CONCERT CHELLAH DE LA VEILLE

Vendredi

  • 10:00-13:00 MASTERCLASS: L’IMPROVISATION EN JAZZ
  • 18:00-19:30 ATELIER SWING DANCE
  • 20:00-22:30 PROJECTION CONCERT CHELLAH DE LA VEILLE

Samedi

  • 18:00-19:30 ATELIER SWING DANCE
  • 20:00-22:30 PROJECTION CONCERT CHELLAH DE LA VEILLE

Dimanche

  • 15:00-18:00 DANSE SOCIALE SWING
  • 18:00-19:30 MASTERCLASS: JAZZ MANOUCHE AVEC STEEVE LAFFONT TRIO
  • 20:00-22:30 PROJECTION CONCERT CHELLAH DE LA VEILLE

Contactez Nous !

* REQUIS